Mercredi 19 juillet 2017 à 18h00
Junas, Temple de Junas
Moonlight Benjamin Quartet

Moonlight Benjamin : chant, Mark Richard : basse, Matthis Pascaud : guitare, Claude Saturne : percussions

En plus de ses tournées avec les jazzmen Omar Sosa et Jacques Schwarz-Bart, Moonlight Benjamin revient sur le devant de la scène avec son trio afro-haïtien.

Ses premières expériences musicales, elle les a vécues dans la communauté évangéliste d'Haïti où le chant est essentiel. Même si sa préoccupation reste ce pays et sa culture, jusqu'au vaudou, Moonlight Benjamin vit en France depuis quelques années où elle a fait quelques rencontres heureuses comme Magyd Cherfi qui lui a écrit "l'eau et le feu". Si vous êtes lassés des voix étriquées, elle vous attend.

Entrée gratuite
Mercredi 19 juillet 2017 à 21h00
Junas, Carrières de Junas
Antonio Sanchez and Migration + Perez / Patitucci / Blade Trio

ANTONIO SANCHEZ & MIGRATION Mexique, Etats-Unis

Antonio Sanchez : batterie, Seamus Blake : Sax, John Escreet : piano, Matt Brewer : basse, Thana Alexa : chant

Sideman virtuose aux côtés de Chick Corea, Avishai Cohen, Kenny Werner ou encore Pat Metheny, dont il reste le fidèle batteur après 15 ans de collaboration, c’est avec la BO du film oscarisé « Birdman » de son compatriote mexicain Iñárritu qu’Antonio Sanchez, batteur et compositeur, s’est fait connaître du grand public. Pilote du solide quartet Migration depuis 2011, Antonio Sanchez s’impose comme un visionnaire du jazz contemporain.

 

DANILO PEREZ, JOHN PATITUCCI, BRIAN BLADE TRIO "Children of the light" Panama, Etats-Unis

Danilo Pérez : piano, John Patitucci : contrebasse, Brian Blade : batterie

Un trio, et quel trio !! Les musiciens sont ceux qui forment la rythmique intangible du Wayne Shorter Quartet depuis quinze ans : Danilo Pérez au ­piano, John Patitucci à la contrebasse, Brian Blade à la batterie. Évidemment, le pianiste Danilo Pérez, le bassiste John Patitucci et le batteur Brian Blade sont individuellement des maîtres, chacun dans leur genre. Et leur union sur ce trio est à la hauteur de ce que leurs noms peuvent susciter chez les fans de jazz. Ici, l’intense cohérence et le niveau de communication impressionnent. Ces trois-là se connaissent à la perfection et cela s’entend tout au long d’un disque dans lequel la narration reste la préoccupation première. Pérez a rarement aussi bien joué et la paire Patitucci / Blade ose d’étonnantes combinaisons. Et si les trois musiciens peuvent comproviser (composer/improviser) sur des formes harmoniques et mélodiques très denses, ils peuvent également explorer la beauté d’une simple harmonie. Un vrai régal !

 

Mercredi, juillet 19, 2017