Retour sur l'édition 2019 par Citizen Jazz !

Retour sur l'édition 2019 par Citizen Jazz !

« Cette année nous avons choisi l’Orient ; ce choix a été un beau moment de démocratie directe : quel nom donner à cette semaine, Orient ou Moyen-Orient ? »
Sur les hauteurs de Junas une carrière fourmille de roches fragmentées aux hautes surfaces planes et incisées. Sa frêle végétation frémit de chaleur et du chant des cigales ; au milieu de la garrigue le site forme un écrin : la scène. Le petit village d’Occitanie loue le jazz, noms de musiciens et drapeaux de leur lieu de naissance côtoient les noms des rues. Les vitraux du batteur Daniel Humair colorent le temple clair.

Le festival Jazz à Junas valorise la musique, la rencontre d’un pays, la dynamique locale, son président Fabrice Manuel raconte : « Avec des copains du pays, pour tenter de redonner vie à ce petit village, nous participions aux fêtes et aux manifestations sportives. A la fac de droit j’ai rencontré Stéphane Pessina, un « branché du jazz ». Nous avons organisé deux concerts, les copains ont aimé : l’aventure ne faisait que commencer. Le maire Jean-Paul Lauze nous a aidés à avoir confiance, à mettre le pied à l’étrier ; nous avons profité de la beauté du politique, d’une philosophie de vie, d’une ouverture aux autres. Ça n’a pas toujours été facile : il a fallu faire bouger les lignes du village. Au début, la légitimité du festival était due à notre implication comme enfants du pays ; puis est venue la reconnaissance extérieure : aujourd’hui les habitants sont convaincus.

Pour lire l'article dans son intégralité :

https://www.citizenjazz.com/Jazz-a-Junas-2019-3477379.html